Sans trop d’introduction, voilà mon petit parcours un peu technique, jusqu’à aujourd’hui.

1993-2008

Entre 2005 et 2008, alors que je suis au collège, je commence à m’intéresser à la programmation. Enfin la programmation… disons plutôt l’écriture de pages web, en HTML et CSS. J’ai commencé cet apprentissage sur un site que tous les gens de ma génération connaissent je crois : le Site du Zéro. Depuis, le site s’est transformé en OpenClassrooms, mais le domaine siteduzero.com y redirige toujours.

J’ai ensuite logiquement commencé à apprendre le langage PHP, et j’ai tenté une première fois de manger des pointeurs en C, mais à l’époque je n’ai pas réussi.

J’utilise Windows, je tchatte sur MSN et je crois encore que plus je rase mon menton imberbe, plus j’aurais de poils.

2008

En 2008 j’installe ma première distribution GNU/Linux sur mon ordinateur personnel, que mes parents m’avaient offert, voyant que j’aimais ça. C’était Kubuntu 8-point-quelque-chose, que j’avais en dual-boot avec Windows Vista.

Je suis tombé il y a quelques semaines sur cet article de Tugaleres : Il était une fois la première LTS de Kubuntu… et j’avoue avoir été touché par la nostalgie en voyant la signature graphique de KDE (l’environnement graphique) de l’époque !

J’ai donc mis un pied dans GNU/Linux, et à ce moment j’étais complètement inconscient jeune, je voulais essayer d’autres distributions. J’ai donc essayé Gentoo Linux peu de temps après, et ça s’est révélé ardu, car en l’absence d’autre ordinateur ou d’imprimante pour pouvoir consulter les commandes d’installation, j’avais dû les écrire à la main sur des feuilles volantes. J’ai quand même réussi, après quelques essais infructueux, et sans doute au moins un formatage complet de toutes mes données (#paglop), mais au final j’ai préféré Kubuntu et toute la suite logicielle KDE, que j’ai utilisés plusieurs années.

Je crois que c’est à l’été 2008 que j’ai voulu refaire le logiciel de gestion de contenu Wordpress à la main, en PHP également. Juste pour voir comment on pouvait faire ça quoi. Ben j’ai raté, mais j’ai appris plein de choses !

2009

En 2009 une association me demande de faire leur site web. Bon il s’agit d’une asso de moto… mais soit. Je passe des heures et des heures à refaire en HTML/CSS des pages que l’asso a imaginées (sous Word). Et encore d’autres heures à faire un mini-moteur :

  • affichage et gestion d’un trombinoscope par année, d’articles de presse, de sorties à moto ;
  • système d’envoi d’images, avec redimensionnement automatique ;
  • système de rédaction de contenu en utilisant une syntaxe proche du BBcode ;
  • super page d’administration

Et j’ai gagné… un repas et une clé USB pour ce travail ! En échange de tout ce travail et tout le service après-vente, c’était pas cher payé.

2011

J’ai mon bac. Bravo Eorn !

2012

Je suis en licence, pas tellement axée informatique. Mais j’arrive à récupérer d’anciens serveurs rack SUN, que je laisse tourner dans le grenier de chez mes parents. Ils sont hyper lourds, font un bruit de malade et sont difficiles à entretenir. Ils tombent en rade l’un après l’autre, sans trop que je sache pourquoi.

Entre temps j’ai quand même réussi à installer je ne sais plus quelle distribution GNU/Linux et un serveur Minecraft, qui sera l’occasion de faire de belles parties. Je ne retrouve plus les captures d’écran de notre joli monde, c’est dommage.

2013

J’acquiers un nouvel ordinateur : un Raspberry Pi ! Je l’appelle AwenaPi, et le laisse tourner comme serveur en guise de blog, je crois.

Photo d'un Raspberry Pi B

AwenaPi : un RaspberryPi acquis en 2013, que j'ai toujours.

2014-2019

Je me rends à Paris pour mes études, en master. Sur place, j’achète un ordinateur, d’occasion, à 70 € (avec écran, souris, clavier et Windows 7). C’est un Dell OptiPlex 755, avec un processeur Pentium Dual à 1.75 GHz et 2 Go de RAM. Pas une bête de course, mais il m’a bien servi, ce bougre !

De 2014 à 2019, il m’a servi sans faillir. D’ailleurs il tourne toujours, mais avec moins de services dessus. J’ai progressivement installé sur cette machine :

  • un serveur email
  • un serveur web avec mon blog (un nouveau, vide)
  • un serveur OwnCloud puis NextCloud

Avant ça, en licence et ça a continué en master, j’ai eu quelques cours de programmation en Python, et je continue un peu à apprendre par moi-même. Notamment l’administration système, même si c’était très basique à ce moment-là.

Côté système d’exploitation, j’opte dans ces années-là pour ArchLinux (que j’utilise toujours pour toutes mes machines), avec AwesomeWM comme gestionnaire de fenêtres. Si on regarde mon écran par-dessus mon épaule, on commence à dire “Eh mais t’es trop un hacker en fait !”. Huhu.

Photo d'un ordinateur Dell

Patella : le serveur plus serviable, acquis en 2014 et, il tourne toujours ! Son nom provient du genre des brinig (patelles), parce que c'était un ordinateur qui ne bougeait pas.

Pendant ces années je suis sensible à l'open-source, au libre, tout ça, mais je m’implique ni ne me cultive pas très activement. Il manquait le contact humain je pense, je me sentais un peu seul dans mon coin.

2019

Ça c’est l’année du changement. Ça a commencé avec mon inscription sur le Fédivers, via une instance Mastodon. Ou plutôt avec ma réelle utilisation de cet outil, car je m’étais inscrit… *Eorn regarde son ancien profil* en novembre 2018.

Je fais la découverte de ce qu’est vraiment le Fédivers : fédéré et interopérable. Et je rencontre aussi plein de gens, dont certains sont aujourd’hui des ami·e·s.

L’un d’entre eux (coucou @Liandri@framapia.org) me vend un ordinateur de joueur, mais haut de gamme, vu que je voulais m’équiper d’un serveur plus puissant. Et puis il me fait rencontrer plein d’autres gens, qui je ne peux pas trop citer ici par manque de temps et par peur d’oublier quelqu’un.

L’été 2019, c’est aussi le festival Entrée libre, à Quimper, organisé entre autres par @lareinedeselfes@hostux.social et @ReunigKozh@framapiaf.org ! Ce festival pour moi, ça a été l’étincelle qui a tout enflammé, la vibration qui m’a fait péter le cerveau, le caramel qui va sur la crêpe. En un lieu ont été réunis :

  • des gens d’une pertinence et d’une humanité folles
  • des gens avec qui je partage quelques intérêts
  • des sujets qui m’intéressaient mais maintenant me tiennent vachement à cœur

Le tout a généré des moments conviviaux, sérieux et humains qui je crois ont créé une rupture dans ma vie—mais je cherche encore à la définir complètement, cette rupture.

Fort de cette énergie, j’ai commencé à remplir mon tout nouveau serveur de plein de services, fédérés ou non. Je me suis grandement inspiré du travail de l’association et CHATONS TeDomum et j’utilise à présent Docker et Traefik. J’ai cru comprendre que ces outils peuvent être un peu critiqués. Mais je vois leur (relative) maîtrise comme autant de cordes à mon arc; on verra d’autres outils et technologies plus tard.

J’ai donc petit à petit mis en route les services suivants :

  • nouvelle façon de gérer les courriels, avec Mailu
  • une instance Pleroma : kayii.goe.land (pour le microblogging)
  • une instance PixelFed : pix.goe.land (pour l’instagraming)
  • une instance Funkwhale : zik.goe.land (pour le musical streaming)
  • une instance Matrix : matrix.goe.land (pour le chatting et l’instant messaging)

Mais j’ai également :

Photo d'un ordinateur blanc

La tour blanche c'est Mustela, nouvellement acquise. Son nom provient du genre des hermines, car elle est toute blanche !

Je considère que j’ai vachement progressé en quelques mois côté administration système, et connaissance un peu plus générale d’Internet et du Fédivers.

2020 et au-delà !

Début 2020 j’effectue mes toutes premières contributions à Pleroma et à Funkwhale. Ce sont principalement des rapports de bugs et une petite amélioration de la documentation. J’envisage sérieusement de contribuer très régulièrement à Funkwhale, surtout pour la partie balados (podcasts).

Je suis le MOOC CHATONS, que je trouve super bien fait. J’ai hâte de pouvoir faire la suite, avec notamment la gestion technique et humaine de son propre CHATONS ! Avec, comme idée à moyen terme, de participer à ce collectif, d’une manière ou d’une autre.

En tout cas, j’ai bien envie de continuer à progresser et à acquérir des connaissances et des compétences techniques. J’ai bien envie de participer au grand mouvement du (logiciel) libre. J’ai bien envie de contribuer, d’aider, de soutenir l’émancipation politique citoyenne, qu’elle passe par le numérique ou non.